Fête de l’Aïd-el-kebir au Nord : Boko Haram et Ebola au menu des prédications !

Dans les mosquées les prêches n’ont pas esquivées la menace Boko Haram et la propagation du virus Ebola. Vigilance et collaboration avec les autorités administratives ont été prescrites aux fidèles par les leaders religieux de part et d’autre de la région du Nord.

Le lamido de Garoua, Sa Majesté Alim Garga Hayatou, à la grande mosquée de Garoua.

Les fidèles musulmans de la région du Nord se sont retrouvés le samedi 4 octobre pour célébrer l’Aïd-el-kebir. Communément appelée Fête du mouton ou encore Fête de la Tabaski, c’est la plus grande fête de l’islam, après celle qui sanctionne la fête du Ramadan. A cet occasion, hommes, femmes et enfants de la région sont tous aller unir leurs prières adresser à Allah le tout puissant.

Rattrapé par l’actualité, la célébration de la fête de la Tabaski cette année n’a pas échappé aux sujets brulant de l’heure dans la partie septentrionale du Cameroun. Notamment, la lutte contre la secte islamiste Boko Haram et la propagation du virus Ebola, qui étaient inscrites au menu des prêches dans les différentes mosquées de la région.

Dans le canton de Lam par exemple, la fête de la tabaski a été célébrée dans le recueillement et la ferveur. Modibo Haman Aroumzani, Iman de la grande mosquée de ce canton situé dans le département du Mayo Louti a axé sa prédication sur la promotion des prières au profit des jeunes et des personnes âgées. Sa Majesté Célestin Singaï Kangou dans une communication spéciale a invité les fidèles à dénoncer tout individu suspect pouvant appartenir à la secte Boko Harama et à éviter tout acte susceptible de perturber la paix au Cameroun.

Dans le lamida de Demsa, à quelques kilomètres de Garoua, la fête de l’aid el kebir s’est déroulée dans le calme et la sérénité. Les fidèles musulmans de cette localité à la suite de l’iman Abdoulaye de la grande mosquée de Gashiga, ont aussi prié pour le Cameroun. Conscient de la menace qu’elle fait peser sur la paix sociale, le lamido de Demsa a réitéré tout l’engagement des populations de son lamidat à soutenir les autorités camerounaises dans leur bataille contre la secte islamiste Boko Haram. Il a également sensibilisé les populations sur la nécessité de scolariser les jeunes mais surtout adopter des comportements hygiéniques sains en vue de prévenir le virus Ebola, mais également le choléra et d’autres maladies hydriques.

À Garoua, capitale régionale du Nord, la prière s’est déroulée à la grande mosquée de Poumpoumré en présence du gouverneur, du gotha administratif de la région du Nord et avec un déploiement impressionnant des éléments de force de l’ordre et de défense. Ici comme à Maroua dans l’êxtrême-nord, l’on craint d’éventuels attentats suicides que pourrait perpétrer la secte dans ce lieu de prière où près de mille personnes s’étaient retrouvé. L’imam Abdoulaye Modibo Marafa qui dirigeait la prédication a dans sa prière invité les fidèles à s’abstenir de faire du mal. Alim Hayatou, lamido de Garoua, dans son message a recommandé aux populations la paix, l’entente et le pardon.

Du côté de Gouna dans l’arrondissement de Lagdo, la fête de la Tabaski a été marquée par la prière pour la paix au Cameroun. L’imam Modibo Issa Abba qui a rappelé à l’assemblée que c’est Dieu qui décide de tout sur la terre. Le lamido de Gouna, Sa Majesté Yaya Aboubakari, a saisi l’occasion pour inviter les fidèles à la préservation de la paix et la sécurité. Il leur a par ailleurs recommandé la patience, la tolérance et la prudence face aux manipulateurs qui tapit dans l’ombre veulent à tout prix déstabiliser la Cameroun.

Comme il est de tradition, un mouton a été immolé en sacrifice à Allah dans les différents lieux de prière. La fête s’est poursuivie dans les familles et autres lieux de réjouissance populaire.

The following two tabs change content below.
ebah essongue
Bloggeur camerounais, entrepreneur culturel et directeur du festival Woïla Hip Hop. J’ai été infecté très tôt par le virus de l’écriture et depuis près de 20 ans déjà je me passionne pour la culture et les arts urbains. Je suis gourmand de musique tout rythme confondu, j’adore les voyages, le sport, la lecture et VOUS !

1 Comment

  1. Mamouda talba – Ankara

    Dieu merci tout s’est déroulé. Merci ebah

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *