Cameroun – Sport équestre : Quand le cheval fait foule et fascine au Nord Cameroun

Une grande course hippique a rassemblée les grandes écuries du Septentrion ce weekend à Garoua, au Nord du Cameroun.

wp25fa40ae_05_00Plaisir et émotion étaient au rendez-vous du lancement de la 2eme édition du championnat national hippique 2014 – 2015 par l’Association du Club des amis du cheval, Cac Galop Cameroun, ce samedi 15 novembre 2014 à Garoua. Amoureux des chevaux, des courses et de la culture s’étaient tous retrouvés au stade municipal Ahmadou Hayatou afin de marquer d’une pierre blanche cet évènement mobilisateur à l’occasion duquel le stade hippodrome a été pris d’assaut par une foultitude de personne. Cette journée mettait en compétition les écuries de Garoua, Ngaoundéré, Maroua, Demsa, Dembo, Touroua et Bibémi. 49 chevaux au total on prit part aux quatre courses sur les distances de 1200, 1500, 1800 et 2000 mètres.

La première course d’une dotation de 119 000 FCFA, s’est courue sur une distance de 1200 mètres. Douze étalons étaient sur la ligne de départ. Au terme d’un duel de haut vol, c’est finalement Gargadjia (2) qui se hissera sur la première marche du podium, suivi de Bidi (9), Facture (12), Lamingua (3), et Tchekara Doubou (1). La deuxième course quant à elle, a connu la participation de treize chevaux, une dotation de 159000 FCFA pour une distance de 1500 mètres. Naim, l’étalon venu de Ngaoundéré a arraché haut la main la première place devant Adamaoua (10), Sergent Tchadien (13), Turkish (8) et Deby (1) ; respectivement à la 2eme, 3eme et 4eme place. S’agissant de la troisième épreuve, douze compétiteurs y prenaient part. Et sans grande surprise, le cheval Providence (5) a été le plus fort de cette épreuve couru sur les 1800 mètres. Les chevaux Harir (8), Kounfa Yakoun (10), Salam (6) de Demsa et Hercule (7) de Dembo se sont classés respectivement 2eme, 3eme et 4eme de l’épreuve. Pour la quatrième course, douze redoutables montures et leurs jockeys étaient sur la ligne de départ pour une dotation de 245 000 FCFA. Le cheval Touraki (4) a fait une démonstration de sa puissance devant les autres chevaux, en terminant premier de l’épreuve. Emergence, Zara, Mme Ambassadeur et Electronic viendront compléter le quarto gagnant de cette course.

Le côté culturel a été marqué par les prestations de quelques groupes de griots et des chanteurs de musiques tradimodernes qui ont régalé le public en liesse du stade hippodrome de Garoua. Le président du CACGalop Cameroun, Souaibou Bello Bah, qui n’a pas caché sa joie à l’issue de ce lancement, a par ailleurs indiqué que « cette 1ère journée inaugurale sera suivie de plusieurs autres compétitions équestres qui meubleront cette saison. Reparties en onze journées au total, les courses seront organisées respectivement dans les villes de Maroua, Garoua et Ngaoundéré. »

Hippodrome de Guider, quand les arbres font offices de tribune...Vip
Hippodrome de Guider. Quand les arbres deviennent des tribunes…Vip

Le cheval, un symbole millénaire dans le Septentrion

Les populations du Grand Nord Cameroun vouent un culte depuis la nuit des temps au cheval, cet animal de compagnie qui a été durant des générations un bien précieux et l’objet de multiples attentions dans les Lamidats du Sahel. Autrefois utiliser pour un usage guerrier, le cheval semble être devenu de nos jours un animal de parade pour les grandes fantasias organisées au gré des évènements qui meublent la vie dans les Lamidats. Certains l’utilisent pour des travaux champêtres. Tout de même, l’animal préserve toujours sa splendeur. Aujourd’hui encore, l’importance de son écurie demeure comme par le passé le signe extérieur de la prospérité du territoire d’un chef traditionnel appelé aussi « Lamido . Le Lamido de Demsa, localité situé non loin de Garoua, a d’ailleurs ouvert un musée du cheval dans sa propriété et entretien plusieurs chevaux. Le cheval est également l’objet de certaines croyances relevant de l’ordre du mystique. Contrairement à ce que l’on croit, les performances sportives d’un cheval ne sont pas toujours les critères les plus importants. Dans les grandes familles traditionnelles, l’achat du cheval se fait avec l’assistance d’un marabout ou un grand connaisseur. En effet, en fonction de sa robe, de ses apparences, de sa démarche et de son hennissement, un cheval peut protéger la famille des mauvais sorts, accroître la fertilité du bétail ou la prospérité commerciale de son propriétaire.

La fantasia, Une histoire entre le guerrier et le cheval

L’histoire de la fantasia naît dans le nord de l’Afrique c’est la rencontre entre l’homme et le cheval. C’est un terme qui désigne différents spectacles équestres traditionnels simulant les assauts militaires pratiqué essentiellement au Maghreb et dans les pays sahéliens parmi les populations musulmanes.

Fantasia du lamida de Guider

Dans la partie sahélienne du Cameroun, la fantasia est l’occasion de la démonstration de la puissance d’un Lamido lors des célébrations festives ou à l’occasion de la réception d’un dignitaire, ou d’un invité de marque dans la chefferie. Juchés sur des chevaux richement harnachés, des guerriers simulent un assaut brandissant épées et sabres et scandant la lignée du  Lamido, scandant des louanges en son honneur.

Griots du Nord Cameroun
Griots du Nord Cameroun

The following two tabs change content below.
ebah essongue
Bloggeur camerounais, entrepreneur culturel et directeur du festival Woïla Hip Hop. J’ai été infecté très tôt par le virus de l’écriture et depuis près de 20 ans déjà je me passionne pour la culture et les arts urbains. Je suis gourmand de musique tout rythme confondu, j’adore les voyages, le sport, la lecture et VOUS !

6 Comments

  1. Abdoul Aziz

    merci pour tous les efforts que vous fournissaient pour la valorisation de la culture sahelo-sahélienne du courage

    Répondre
    1. ebah essongue
      ebahessongue

      Merci Aziz on fait ce qui est juste, parler de notre région, de notre culture…le meilleur de nous et que nous pouvons partager avec d’autres personnes. comme aussi pour dire que en dehors de Boko Haram, y a d’autres actualilités

      Répondre
  2. Christian

    c’est notre culture et nous sommes fiers; c’est également une belle image de la relation entre le cheval et l’homme. enfin de telle initiative nous permet de conserver notre culture pour les générations futures!

    Répondre
  3. youssef

    merci pour les informations! c’est très bon initiative je vous souhaite bonne continuation!!!

    Répondre
  4. Nasser Abdoulaye

    je kiffe !

    Répondre
  5. Nasser Abdoulaye

    Article très complet, surtout sur le lancement de la saison hippique ! Un rattrapage pour tout absent et un vrai régal pour tout amoureux du Grand-Nord et/ou du cheval !
    Beaucoup de courage !
    J’ai adoré !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *