Bienvenue dans la république des moutons présidents ! (Partie 1)

Encore appelée fête de l’Aïd el-Kébir ou Tabaski, sera célébrée par toute la communauté musulmane camerounaise le mardi 21 août 2018. Et les moutons présidentiels font fait parler d’eux en marge de cette fête célébrée cette année sur fond de vie chère.

Bouba posant fièrement avec Popol et Poutine
Bouba Weston pose fièrement avec Popol et Poutine

« Ils sont tous les deux âgés de deux ans et ils valent chacun 250.000f. Je vous présente Popol son homologue Vladimir Poutine ce sont les présidents de tous ses moutons», me lance fièrement Bouba Weston, vendeur à « loumo balii », le marché au bétail de Garoua. Des moutons présidents ! Pur Bantou largué en plein Sahel, je n’en revenais pas. Mais j’étais loin de me douter que je n’étais  qu’au début de mes surprises. Car comme Popol et Poutine j’allais découvrir plus tard qu’il existe de nombreux moutons présidentiables au Cameroun. Tels des hommes politiques pendant la campagne électorale, ces moutons imposants pour la plupart de par leur gabarit, profitaient alors de la Tabaski pour faire leur one man show, puisqu’ils deviennent d’office le centre de toutes les attentions. Leur palais, le marché au bétail. Dans ce marché situé sur les berges du fleuve Bénoué et dédié à la vente des petits ruminants, jusqu’à tard dans la soirée du lundi 20 août, l’heure sera encore aux négociations très houleuses entre les vendeurs et les fidèles musulmans qui voudront absolument avoir un mouton pour l’immoler le jour de la fête après la prière rituelle, comme le prescrit le dogme islamique.  Ceux qui n’ont donc pas encore acheté leur mouton feront des pieds et des mains pour l’avoir avant le jour j car, apprend-t-on chez les marchands de bétail, la règle est qu’au fur et à mesure qu’on se rapproche de la fête, les prix explosent. Et cette année la demande est particulièrement abondante malgré l’offre qui a du mal à suivre et les particulièrement élevés.

l'entrée du marché au bétail
L’entrée du marché au bétail de Garoua

Sourire aux lèvres, Abdoulaye, jeune démarcheur, se rapproche de moi et me présente Macron. Un jeune bélier aussi haut que la tour Effel et qui visiblement n’est pas à la portée de la première bourse. « 120 000F ou rien. C’est mon dernier prix, et de toute façon comme l’Elysée, mon mouton ne pourrira pas ». J’étais certes un peu scandalisé, mais curieux tout de même se savoir comment fonctionne ce milieu. A peine ai-je eu le temps d’échanger avec Abdoulaye qu’un client, donc le boubou grassement amidonné et le parfum qui prenait en otage vos narines après son passage trahissaient son aisance matérielle, s’approcha et pointa du doigt le costaud Poutine.  Une très courte discussion s’en suivi et quelques minutes plus tard c’est derrière le coffre d’une luxueuse Toyota Rave 4 que le mouton Macron élu domicile. Il avait été finalement vendu à 113.000 francs Cfa Lorsque nos regards se croisèrent je lus comme de la tristesse dans ses yeux, même si intérieurement je me disais qu’il devait être particulièrement appétissant une fois immolé et assaisonné le français Macron !

Décider à rencontrer tous les moutons président du marché, je fis par la suite la rencontre de Laurent Gbagbo, un bélier de taille moyenne, engraissé durant quatre mois et qui coutait 65000f. Son propriétaire m’expliqua qu’il était un fan de l’ancien président ivoirien et qu’en solidarité à ce dernier, il a baptisé un mouton en son honneur. A côté, un mouton turbulent attira mon attention. « Oooh lui c’est Donal Trump » me lançât le vendeur, un air sérieux. Après cette rencontre d’un autre genre je décidais de mettre un terme à mon investigation, car à cette allure je risquais de tomber sur Brigitte Macron ou encore Simone Gbagbo…. version mouton bien évidemment !Le prix d’une bête est fixé sur la base de certains critères tels que la taille, le poids, l’âge et l’apparence de la bête. Par exemple, si le mouton est bien entretenu et bien engraissé, son prix est loin d’être à la portée du premier venu. « Les plus prisés ce sont les moutons soudanais à cause de leurs tailles et leur physique imposant. Il y’en a qui coutent même 200.000 francs. Les moutons qui sont gras et âgés d’au moins deux ans se vendent chèrement parce qu’ils sont assez adultes », explique Alioum Mohaman. A l’ère des réseaux sociaux, les commerçants n’hésitent pas à mettre à contribution facebook ou wahtsapp pour vendre leurs moutons. D’ailleurs dans des groupes tels que « moutons moins chère » ou encore « venez me tromper », les marchands publient des photos de leur bétail ainsi que les prix puis les discussions se poursuivent en privé entre l’acheteur et le vendeur.

Un mouton chez un particulier
Un mouton chez un particulier…en attendant la fête

Selon le Coran, le mouton à sacrifier doit être sans défaut. Il doit avoir plus d’un an, il doit voir des cornes et il ne doit avoir aucune lésion corporelle ni de membres fracturés ou de cornes cassées. Malgré les prix excessifs, les fidèles résignés avouent ne pas trop avoir le choix, afin de fêter dignement la Tabaski. Certains confient qu’ils iront voir dans le réseau des « moutons d’occasion » pour avoir un mouton de « seconde main » le jour même de la fête. La journée du  21 août sera marquée par la traditionnelle prière qui sera présidé par sa majesté le Lamido de Garoua, Alim Hayatou,  à 8h15 au champ de prière de la grande mosquée située au quartier Marouaré, en présence du gouverneur de la région du Nord. Une communication du Lamido aux fidèles rassemblés en ce jour de fête et de piété est également prévue. Après le rituel de prière, les fidèles procéderont à l’immolation de leur mouton. Qu’est-il advenu de Popol, Obama, Gbagbo ? Probablement au fond d’une marmite voire même déjà au fond de l’estomac de leurs acquéreurs. Pathétique quand même lorsque je deviens sentimental. Vite, tournons la page, le Diable passe…. Vive les moutons présidents et bonne dégustation !

 

The following two tabs change content below.
ebah essongue
Bloggeur camerounais, entrepreneur culturel et directeur du festival Woïla Hip Hop. J’ai été infecté très tôt par le virus de l’écriture et depuis près de 20 ans déjà je me passionne pour la culture et les arts urbains. Je suis gourmand de musique tout rythme confondu, j’adore les voyages, le sport, la lecture et VOUS !

1 Comment

  1. Sali Abbo Oumarou

    Tu as fait fort Baba rawda

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *